financer start up

Quel que soit l’objectif, de l’entreprise unipersonnel à la startup en quête de croissance, le besoin de financement est omniprésent. Comment embaucher quand on a des signes avant coureur de succès mais à peine les revenus pour se générer un salaire ? Comment faire croître son activité e-commerce au moment où le garage ne suffit plus comme espace de stockage?

Dans le cycle de vie d’une entreprise les besoins en financement sont récurrents: lancement, expansion ou simplement protection face à des concurrents agressifs. La bonne nouvelle ? Les moyens aujourd’hui pour trouver des fonds sont très nombreux pour les entrepreneurs!

Dans cet article nous passerons en revue les différents leviers qui existe pour vous permettre de financer votre aventure. Nous progresserons par stade de développement de votre entreprise. De la naissance à sa transformation en corporation prête à reconquérir le monde.

La love money

Qui croît le plus en vous à part vous même lorsque vous débutez ?  Réponse simple: votre famille et vos amis! Au lancement il ne faut pas hésiter à vous tourner vers eux pour obtenir vos premiers fonds. Faites l’exercice comme si vous vous adressiez à des business angels. Ne jouez pas seulement la carte de la facilité, n’hésitez pas à leur dire de refuser s’ils n’y croient pas du tout. A ce stade vous devez avoir plus qu’une idée, vous avez déjà un business plan et potentiellement un projet qui a démarré mais qui nécessite leur soutien pour générer ses premiers revenus.

Soyez transparent. Quel que soit votre degré de confiance en votre projet vous ne pouvez garantir le succès à 100%. L’argent investi dans votre entreprise peut être perdu. Etre entrepreneur c’est avant tout savoir prendre des risques. Ne risquez pas votre relation avec vos proches pour votre projet car ils seront, de par leur soutien, un facteur majeur de votre succès futur.

La love money est un bon moyen d’assurer avec un minimum de pression la réalisation d’une première version de votre projet qui vous permettra de commencer à générer du revenu et à amener une preuve du succès potentiel.

Pensez aussi à l’aspect légal de la chose. Si vous donnez des parts de votre société à vos proches pensez à ce que la société vaudra demain et aux conditions de sorties. L’argent peut toujours transformer les gens même les plus proches de vous. Projetez vous tout de suite sur ce qu’il se passera si demain vous souhaitez faire une deuxième levée de fond. Éradiquez les freins et prenez le temps d’établir des documents et des règles claires.

Les concours

Si votre famille vous tourne finalement le dos pas de panique. Il existe bien d’autres moyens à ce stade d’éprouver votre projet et d’aller chercher des fonds. Notamment via les concours. De nombreuses écoles et organisations organisent régulièrement des concours durant lesquels vous pouvez pitcher votre projet. Se trouvent souvent pour le ou les vainqueurs des prix numéraires mais aussi d’accompagnement par des startupers expérimentés.

Vous trouverez une liste fort pratique sur le site de la bpi des concours les plus importants. Cependant la BPI ne référence que des concours nationaux, trouvez aussi le centre de la vie startup dans la ville la plus proche de chez vous et vous trouverez forcément des évènements organisés en vue d’accompagner les entrepreneurs.

Les prêts et crédits

On parle beaucoup des levées de fond qui font grands bruits dans la presse mais les prêts et crédits ont le vent en poupe. Le risque pour l’entrepreneur est plus important évidemment et c’est donc un levier à réserver lorsque votre entreprise à généralement déjà commencé à générer du revenu. De nombreux dispositifs existent aujourd’hui par différents acteurs.

Les prêts d’honneur par les réseaux

De nombreux réseaux tel que Réseau Entreprendre propose des prêts pouvant aller jusqu’à 90k euros à 0% et sans caution. Il vous faudra passer devant un jury afin de convaincre de la solidité de votre projet. Ces prêts sont très intéressants car si vous arrivez à convaincre un réseau de vous en accorder un, les banques feront généralement de même. Ajoutez à cela un effet levier et vous pourrez vous retrouver avec plusieurs centaines de milliers d’euros supplémentaire en financement.

Vous vous en doutez donc, la sélection est drastique pour l’accord de ces prêts d’honneur. En moyenne en 2018 le prêt d’honneur moyen pour les entrepreneurs s’élevait à 9700€ avec un effet levier supérieur à 7. C’est à dire que les banques voyant le signal positif acceptent un prêt 7 fois supérieur en moyenne au prêt d’honneur accordé.

Pour monter vos dossiers n’hésitez pas à vous faire accompagner. Il existe de multiples initiatives notamment au sein des CCI qui sont très investies sur le développement local.

Enfin le prêt à l’honneur peut être compléter par un micro-crédit professionnel. Vous pouvez vous renseigner à ce sujet directement sur le site de l’état.

Le prêt interentreprises

Grâce à une loi passée le 25 avril 2016 il est désormais possible d’obtenir un prêt par une entreprise. C’est particulièrement intéressant dans le cas par exemple où vous êtes prestataire d’une entreprise qui a besoin de vos services et qui serait prête à vous accompagner dans votre développement. L’entreprise qui vous prête les fonds fera un contrat de prêt sur une durée de deux ans.

C’est une solution intéressante pour faire croître votre activité lorsque vous êtes sur une phase d’amorçage.

Le crowd funding

Le crowdfunding n’existe que depuis peu puisqu’il a été permis par l’explosion d’internet. La capacité du numérique à mettre les gens en relation. Cette démarche est particulièrement adaptées aux entreprises qui ont un projet porteur de sens. Par exemple mettre en place un réseau de distribution alimentaire sur un circuit court et local ou bien valorisant des valeurs écologiques.

Voici une vidéo par le Financement Participatif de France qui en explique bien le concept et le cercle vertueux sous jacent à ce levier de financement:

Vos investisseurs sont des particuliers qui croient en le message que vous véhiculez. De nombreuses plateformes existent aujourd’hui qui garantissent la traçabilité pour les investisseurs et le sérieux de vos projets: Kickstarter, Ulule, Kisskissbankbank, etc. Vous commencerez par être accompagné par un gestionnaire qui validera l’intérêt de votre projet et vous accompagnera dans la mise en place d’une vitrine vendeuse.

En moyenne plus de 60% des projets qui sont validés sont financés sur ces plateformes.

Le levée de fond : Quelle est la différence entre business angel et fond d’investissement ?

On confond souvent les business angel et les venture capitalist (VC ou aussi fonds d’investissements). Le Business Angel est présent plutôt dans une phase d’amorçage et va en moyenne prêter entre 50k et 150k. Il sera aussi bien souvent investi dans la vie de votre entreprise. Il s’agit d’un ancien chef d’entreprise qui va investir ses propres deniers et pourra vous guider grâce à son expérience.

A l’inverse les firmes de capital risque vont elle proposer des investissements qui iront de 500k à plusieurs millions en fonction du profil de votre société. Ce sont des sociétés qui n’investissent qu’avec des objectifs de rentabilité dans un contexte de croissance. Vous n’êtes pas face à un individu mais à une entreprise. Vous lui rendrez régulièrement des comptes via des boards d’investisseurs mais ils n’interviendront pas dans le quotidien de votre société.

Généralement quand vous êtes à un stade de développement qui nécessite une levée de fond auprès de VC, cela devient votre job à plein temps en qualité de gérant.

L’entrée en bourse

L’ultime étape de la levée de fond pour une entreprise est son entrée en Bourse. En tant que dirigeant il est fortement recommandé de maîtriser les arcanes de la Bourse avant de vous lancer.

Plusieurs objectifs amène une entreprise à souhaiter une IPO:

  1. L’entreprise nécessite des fonds très importants qui ne peuvent être assurés par les acteurs habituels cités plus haut.
  2. L’entreprise souhaite permettre une sortie de capital à certains de ses actionnaires. C’est ce que fait par exemple l’état lorsqu’il privatise une entreprise.
  3. La volonté de notoriété et de reconnaissance. Une entreprise côté en Bourse pourra alors générer des partenariats plus importants grâce à un statut nouvellement acquis.
  4. Enfin et c’est un objectif recherché par de nombreux entrepreneurs, la volonté de rester maître à bord. En effet un chef d’entreprise qui cherche des sommes importantes mais ne souhaite pas avoir un actionnaire majoritaire à son capital préfèrera une IPO à un une grosse levé de fond.

Vous savez désormais tout et votre voie est toute tracée. Comme dirait Jerry Maguire: Show me the MONEY!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *